CONTACT

+33 6 82 55 65 10

+32 485 603 898

booking@piangerelli.com

NEWSLETTER

Pour recevoir régulièrement mon actualité par e-mail,

merci de remplir ce formulaire.

Veuillez corriger.

seven × 5 =

champs requis *

J’ai l’habitude

SuivantPrécedent
 
 
tv

Il paraît qu’pour percer dans l’métier.
Il faudrait qu’j’passe à la télé.
Chez Drucker ou bien Laurent Ruquier.
Chez Fogiel ou bien chez Cauet.
Dans la cabaret d’Patrick Sébastien.
J’peux tout faire j’aboie même comme un chien.

Je n’ dirais pas qu’j’ai pas essayé.
Jai tout tenté pour m’faire remarquer.
Des trucs bêtes et des trucs pas nets.
Et plein d’conneries sur internet.
Et on me dit que c’est bien ce que je fais.
Mais qu’ ça rentre pas dans leur projet.
Et on me dit qu’il faut persister.
Mais qu’il faut s’faire une raison quand on est mauvais.

Mais j’ai l’habitude, mais j’ai l’habitude.

Pour réussir elle m’a dit maman.
Qu’il faudrait refaire mes dents.
Et aussi me coiffer mieux.
Avec la raie au milieu.
Et elle me dit que c’est important.
De faire chapeau bas pour monter les rangs.
Moi je lui dis qu’il ne manquerait plus.
Qu’une belle plume dans mon joli petit cul.

Mais elle a l’habitude, mais elle a l’habitude.
Mais elle a l’habitude, ouais elle a l’habitude.

Il paraît qu’pour percer dans l’métier.
Il faudrait qu’j’passe à la télé.
Chez Drucker ou bien Laurent Ruquier.
Chez Fogiel ou bien chez Cauet.
Dans la cabaret d’Patrick Sébastien.
J’peux tout faire j’aboie même comme un chien.

Pour réussir mon père m’a dit.
Qu’il fallait monter sur Paris.
Développer mon réseau.
Me faire des amis placés hauts.
Et il me dit qu’il faut faire attention.
C’est un métier difficile.
J’crois qu’il prend pour un con.
Moi je lui dis d’un air ingénu
Que pour réussir, je suis prêt à vendre mon cul.

Mais il a l’habitude, mais il a l’habitude.
Mais des fois il rit pas, Mais là il n’a pas rit.

Il paraît qu’pour percer dans l’métier.
Il faudrait qu’j’passe à la télé.
Chez Drucker ou bien Laurent Ruquier.
Chez Fogiel ou bien chez Cauet.
Dans la cabaret d’Patrick Sébastien.
J’peux tout faire j’aboie même comme un chien.

Hier j’ai vu un producteur.
On a parlé pendant des heures.
De toutes les stars qu’il connaissait.
Et des couche-tard qui se défonçaient.
Et il m’a dit en m’appelant Michael.
Que pour faire des sous.
Il faut être bancable.
Moi j’n’ai rien dit car il parlait tout seul.
Mais je lui mis ma main dans sa gueule.

Mais il n’avait pas l’habitude, mais il n’avait pas l’habitude.
Mais il n’avait pas l’habitude, mais il n’avait pas l’habitude.

Pour réussir un pote m’a dit.
Qu’il m’faut une fille riche que j’la marie.
J’me barre avec tout son pognon.
Et j’écris un livre en prison.
Et à ma sortie on parlerait de moi.
Comme d’un bandit, d’un artiste à la fois.
Assassiné par mon ex compagne ruinée.
Serais une légende déchue.
Qui l’aurait dans l’cul.

Mais est ce que les gens ont l’habitude.
Mais est ce que les gens ont l’habitude.